+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Albrecht  Dürer - Le Chevalier, la Mort et le Diable
 Le Lorrain (Claude Gellée dit ) - Paysage de la campagne de Rome, vue de Prato Longo
Jean-Honoré  Fragonard - L'Allée ombreuse
Charles Garnier - La Cour du palais du Bargello à Florence
Henri Joseph Harpignies - Paysage aux environs de Rome
Henry Cros - Femme agenouillée, de profil, avec motifs floraux
Achille Bénouville - Paysage italien
François Flameng  - Mr Pelez, peintre des élégances fin de siècle
Jan Van Goyen - Paysage de dunes avec un moulin
Aimé-Jules Dalou - Étude pour la République
Joseph-Marius Avy - Étude pour la pianiste du Bal blanc

Paysage de dunes avec un moulin

Jan
Van Goyen
Leyde, 1596 - La Haye, 1656
1652 ou 1655 (?)
Pierre noire et lavis gris
H. 17 cm ; L. 27,2 cm

Dans la première moitié du XVIIe siècle, Jan Van Goyen est - avec Salomon van Ruisdael -, le principal créateur du paysage hollandais « réaliste », qu’il affranchit de la tradition maniériste flamande.  C’est également l’un des paysagistes les plus représentatifs et les plus prolifiques du Siècle d’or hollandais. Peintre et dessinateur fécond, ses vues préférées sont celles des grands fleuves des Pays-Bas et des environs de Clèves.

Après une production de jeunesse caractérisée par la variété des couleurs et l’accumulation des détails, il aborde son style « classique » vers 1635-1640 : palette « monochrome », construction économe et claire - marquée par un abaissement significatif de la ligne d’horizon -, et grande sensibilité dans le rendu du ciel et des effets de brume.

Ce dessin offre toutes les qualités de l’art de Van Goyen à son apogée, c’est-à-dire dans les dernières années de la vie de l’artiste. Le sujet – un paysage ouvert – et son traitement sont emblématiques du maître et de son style.

Ici se déploie une variation intéressante sur le thème du chemin sablonneux qui serpente et conduit le regard en diagonal vers le dernier plan. 

L’écriture graphique est devenue extrêmement libre et le maître utilise avec une science consommée toutes les ressources de sa technique préférée, la pierre noire dont le tracé est légèrement gras et adouci. L’usage du lavis sert à positionner les différents plans de l’œuvre, en utilisant une habile alternance de coulisses sombres et claires.

La scène se révèle vivante et intéressante tout en étant d’une grande quotidienneté : une charrette de pêcheurs remonte de la rivière tandis que sur le talus deux bouviers gardent leur bêtes. Une vue de la mer, au fond à gauche, et un moulin à vent complètent ce paysage typiquement hollandais.

S. R. de B.

Cette oeuvre a été exposée dans le cadre de l'exposition "Paysages et marines du siècle d’or hollandais".

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé avec le monogramme et daté en bas à droite : « VG 1652 ou 1655 » ; le dernier chiffre est difficile à lire, l’écriture de l’artiste étant prise dans une boucle du dessin
Numéro d'inventaire: 
DDUT02190
Numéro d'inventaire : DDUT02190
Mode d'acquisition : Achat, 2010
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.