+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Jean-Baptiste-Camille Corot - Marietta, dite L’odalisque romaine
Jean-Baptiste Carpeaux - Mademoiselle Fiocre
Louis-Ferdinand  Lachassaigne - Vase - Van Dyck peignant son premier tableau
Charles Durand dit Carolus-Duran - Mademoiselle de Lancey
Jean-Auguste-Dominique Ingres - François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Eugène Delacroix - Combat du Giaour et du Pacha
Jacob Mardochée dit Jacob-Petit - Pendule au mameluk
Jean-Baptiste Carpeaux - Buste de Samuel Welles de La Valette
Gustave Courbet - Courbet au chien noir
Édouard Manet - Portrait de Théodore Duret
Louis Léopold Boilly - Portrait de mademoiselle Athénaïs d’Albenas
Paul Gauguin - Vieil homme au bâton
Jean-Baptiste Carpeaux - Ugolin
Jan  Van Beers   - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127
Gustave Courbet - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs)
Alfred de Dreux - Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles
Jean-Désiré Ringel d'Illzach - Portrait de Jeanne et Mme Albert Dammouse
Octave  Penguilly L’Haridon  - Côtes de Belleville
Gustave Doré - La Vallée de larmes
Gustave Doré - L’Ascension

Paire de chaises du cabinet gothique de la comtesse d’Osmond

François-Honoré-Georges Jacob, dit
Jacob-Desmalter
Paris, 1770 – Paris, 1841
Vers 1817-1820
Bois doré et sculpté, garniture moderne
H. : 146 ; L. : 54 cm

Les dossiers portent un écu aux armoiries de la famille d’Osmond, surmonté d’une couronne comtale et de la devise « Nihil obstat ».

Aimée Destillères, avait épousé en 1817 Rainulphe d’Osmond, aide de camp du duc d’Angoulême et fils du marquis d’Osmond, ambassadeur de France en Angleterre. Le « cabinet gothique » de la comtesse d’Osmond occupait une pièce de son hôtel, situé dans le quartier de la chaussée d’Antin, rue Basse-du-Rempart. A l’extrémité de la galerie du premier étage, donnant sur le boulevard, la comtesse d’Osmond avait aménagé une salle de réception dans le goût troubadour.
Avec leur haut dossier, en forme de fenestrage gothique, les chaises de la comtesse d’Osmond sont parmi les premiers exemples du style « à la cathédrale » qui s’épanouit en France principalement entre 1825 et 1835.
D. M.

Numéro d'inventaire: 
PPO03509 et PPO03510
Numéro d'inventaire : PPO03509 et PPO03510
Mode d'acquisition : Achat en 1990
Salle 24. Ingres et l'art troubadour
Section : XIXe siècle
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.