+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Jean-Baptiste-Camille Corot - Marietta, dite L’odalisque romaine
Jean-Baptiste Carpeaux - Mademoiselle Fiocre
Louis-Ferdinand  Lachassaigne - Vase - Van Dyck peignant son premier tableau
Charles Durand dit Carolus-Duran - Mademoiselle de Lancey
Jean-Auguste-Dominique Ingres - François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci
Eugène Delacroix - Combat du Giaour et du Pacha
Jacob Mardochée dit Jacob-Petit - Pendule au mameluk
Jean-Baptiste Carpeaux - Buste de Samuel Welles de La Valette
Gustave Courbet - Courbet au chien noir
Édouard Manet - Portrait de Théodore Duret
Louis Léopold Boilly - Portrait de mademoiselle Athénaïs d’Albenas
Paul Gauguin - Vieil homme au bâton
Jean-Baptiste Carpeaux - Ugolin
Jan  Van Beers   - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127
Gustave Courbet - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs)
Alfred de Dreux - Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles
Jean-Désiré Ringel d'Illzach - Portrait de Jeanne et Mme Albert Dammouse
Octave  Penguilly L’Haridon  - Côtes de Belleville
Gustave Doré - La Vallée de larmes
Gustave Doré - L’Ascension
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore

Mademoiselle Fiocre

Jean-Baptiste
Carpeaux
Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Vers 1869-1870
Plâtre
H. : 84 ; L. : 53 ; P. : 33 cm

Le charmant visage de mademoiselle Fiocre est un exemple du talent de Carpeaux, qui nous a laissé une remarquable galerie de portraits du Second Empire.

En 1870, Eugénie Fiocre, première danseuse de l’Opéra de Paris, est au faît de sa carrière : elle est alors l’interprète délicieuse de Coppélia. Carpeaux exécute ce buste lorsqu’il travaille à La Danse, bas-relief pour la façade de l’Opéra, l’une de ses œuvres majeures ; le marbre, exposé au Salon de 1870, sera admiré par les Goncourt.

Plutôt que de la montrer en ballerine – comme l’avait fait Degas quelques années auparavant – Carpeaux représente Eugénie Fiocre comme il représente ses modèles habituels, duchesses, marquises, ou princesses : le buste lisse sort des plissés agités d’un drapé emprunté aux plus beaux portraits de l’ère baroque, juché sur un piédouche classique.
Cette formule élégante met en valeur tous les bustes féminins de Carpeaux ; ici, rendant hommage à la courbe de son dos, à la finesse de ses traits, à son nez mutin, à sa beauté captivante, il parvient aussi à saisir ce que sera son modèle.
En effet, le sort des danseuses n’était pas enviable au XIXe siècle : la misère, la déchéance, la prostitution les guettait au sortir de l’Opéra. Eugénie Fiocre fut une heureuse exception : elle fit un beau mariage après une carrière remplie de gloire.
A. S.

Numéro d'inventaire: 
PPS01536
Numéro d'inventaire : PPS01536
Mode d'acquisition : Don Louise Clément-Carpeaux, fille de l’artiste, en 1938
Salle 15. Carpeaux et le portrait
Section : XIXe siècle
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.