+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

L’intimité

Edouard
Vuillard
Cuiseaux, 1868 - La Baule, 1940
Décor pour la bibliothèque du Docteur Vaquez, 1896
Peinture à la colle sur toile

L'Intimité est l’un des quatre panneaux peints par Vuillard pour l’appartement parisien du docteur Henri Vaquez (1860-1936). Ce cardiologue, médecin des Daudet, puis de Marcel Proust était un amateur passionné d’art moderne.
Vuillard a conçu, pour ce qui servit sans doute de bibliothèque, un jeu visuel subtil entre les peintures elles-mêmes, et les murs couverts de papier peint qui les prolongeaient.  Les figures qui peuplent ces panneaux sont autant de doubles imaginaires des occupants des lieux. Elles se fondent dans la masse bigarrée des étoffes et des papiers peints, qui évoquent les tapisseries aux « mille-fleurs » de la fin du Moyen Âge.
L’artiste dépeint un univers clos par les horizontales du quadrillage du plafond et de la bordure du tapis, et assourdi par une gamme colorée restreinte où dominent le violet, le brun et le vert. L’effet mat est obtenu par l’emploi d’une technique transposée des décors de théâtre : la peinture à la colle, qui préserve toute l’intensité du pigment brut.
Exemplaires de la réflexion de l’artiste sur les rapports entre peinture et arts décoratifs, ces panneaux, où les sujets se dissolvent dans le jeu des taches de couleurs, préfigurent les révolutions picturales du début du XXe siècle, qu’il s’agisse de la naissance de l’abstraction ou des peintures décoratives de Matisse. 
I. C.

Quatre panneaux : Personnages dans un intérieur

L'intimité
212,5 x 154,5 cm
Inv. : PPP02439

La musique
212,5 x 154 cm
Signé et daté en bas à gauche : "Edouard Vuillard 96"
Inv. : PPP02440

Le choix des livres
212 x 77 cm
Inv. : PPP02441

Le travail

212 x 77,3 cm
Signé et daté en bas à gauche : "Edouard Vuillard 96"
Inv. : PPP02442

Mode d'acquisition : Don de Madame Henri Vaquez, 1936
Salle 21. Vuillard et le renouveau du décor
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.