+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël

Centaure et dryade

Henry
Cros
Narbonne, 1840 - Paris, 1907
Avant 1903
Terre cuite
H. : 49 ; l. : 38,8 ; P. : 4 cm

Henry Cros, peintre et sculpteur, est à la fin du XIXe siècle l’un des plus ardents défenseurs de la polychromie en sculpture. Cet artiste singulier, passionné par les recherches techniques, est le premier à créer des œuvres de couleurs en cire, puis en pâte de verre, redécouvrant et améliorant souvent des procédés anciens.

Installé à la fin de sa vie dans un atelier de la Manufacture de Sèvres, il est un artiste singulier à l’image d’autres personnalités de la fin du siècle.

Les terres polychromées, peu courantes chez Cros, lui servent souvent d’étapes préparatoires pour des pâtes de verre de même sujet. Dans ce cas précis, l’œuvre, très achevée, peut-être celle qui fut exposée au Salon de la Société des artistes Français de 1903, est à considérer comme une œuvre définitive.

Esprit éclectique et cultivé, Cros relit  - dans le texte - mythes et formes antiques avec un œil contemporain. Il inscrit ici dans un espace contraint, à la façon d’une métope du Parthénon, un centaure déracinant un arbre, et une dryade – c’est-à-dire une nymphe des arbres – pleurant la mort de l’arbre, liée à la sienne.

A. S.

> En savoir plus sur le fonds Henry Cros du Petit Palais

Numéro d'inventaire: 
SDUT01904
Numéro d'inventaire : SDUT01904
Mode d'acquisition : Achat sur les arrérages du legs Dutuit, 2002
Salle 18. Moreau et le symbolisme
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.