+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Jean-Baptiste-Camille Corot - Marietta, dite L’odalisque romaine
Jean-Baptiste Carpeaux - Mademoiselle Fiocre
Louis-Ferdinand  Lachassaigne - Vase - Van Dyck peignant son premier tableau
Charles Durand dit Carolus-Duran - Mademoiselle de Lancey
Jean-Auguste-Dominique Ingres - François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci
Eugène Delacroix - Combat du Giaour et du Pacha
Jacob Mardochée dit Jacob-Petit - Pendule au mameluk
Jean-Baptiste Carpeaux - Buste de Samuel Welles de La Valette
Gustave Courbet - Courbet au chien noir
Édouard Manet - Portrait de Théodore Duret
Louis Léopold Boilly - Portrait de mademoiselle Athénaïs d’Albenas
Paul Gauguin - Vieil homme au bâton
Jean-Baptiste Carpeaux - Ugolin
Jan  Van Beers   - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127
Gustave Courbet - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs)
Alfred de Dreux - Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles
Jean-Désiré Ringel d'Illzach - Portrait de Jeanne et Mme Albert Dammouse
Octave  Penguilly L’Haridon  - Côtes de Belleville
Gustave Doré - La Vallée de larmes
Gustave Doré - L’Ascension
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Paul Delaroche - Portrait d'Horace Delaroche

Portrait de Théodore Duret

Édouard
Manet
Paris, 1832 – Paris, 1883
1868
Huile sur toile
H. : 46,5 ; L. : 35,5 cm

Après l’exposition tumultueuse de l’Olympia (Paris, musée d’Orsay) qui fait scandale au Salon de 1865, Manet part en Espagne oublier ce qu’il ressent comme les persécutions de la critique parisienne. Durant ce court séjour, il rencontre par hasard Théodore Duret, attablé au même restaurant.
Les nouveaux amis décident de découvrir Madrid ensemble flânant dans les ruelles pittoresques, assistant aux courses de taureaux, allant voir les œuvres du Gréco à Tolède. Leur visite du Prado est prioritairement consacrée à Vélazquez, que Manet admiratif désigne comme «  le peintre des peintres ».

Selon un procédé emprunté au maître espagnol, Manet place son modèle dans un espace neutre, sans délimitation entre le sol et les murs. Seules les ombres aux pieds de la figure et du tabouret donnent une indication de profondeur. Nous possédons un témoignage direct sur la conception de ce tableau grâce à la biographie que Duret consacre à Manet, en 1926. Selon l’auteur, la nature morte placée en bas à gauche sur un tabouret a été ajoutée à la fin, Manet achevant son tableau par la touche lumineuse du citron.

Négociant en cognac, Théodore Duret (1838-1929) est un grand voyageur par nécessité professionnelle mais aussi par goût. Il est parmi les premiers à se passionner pour l’art de l’Extrême Orient et joue un rôle important dans la diffusion du Japonisme. Républicain engagé, il est le fondateur du journal La Tribune (1868) où collaborent Émile Zola et Jules Ferry. Critique d’art et collectionneur, il s’affirme comme l’un des principaux défenseurs des Impressionnistes par ses achats et ses publications. Le portrait souligne le côté dandy du modèle connu pour son élégance.

 « Je trouve votre bonhomme très crâne » écrit, non sans une pointe d’humour, Duret dans sa lettre de remerciement au peintre, lorsqu’il reçoit ce tableau en témoignage de leur profonde amitié. Il ne s’en séparera que bien des années plus tard pour en faire don au Petit Palais.
I. C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en bas à gauche : Manet 68
Numéro d'inventaire: 
PPP00485
Numéro d'inventaire : PPP00485
Mode d'acquisition : Don Théodore Duret, 1908
Oeuvre non exposée actuellement
Section : XIXe siècle
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.