+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Dirck Van Delen - Scène galante dans un palais
David Teniers le Jeune - Les Fumeurs
Jan Steen - Le petit quêteur
 Le Lorrain (Claude Gellée dit) - Paysage avec le port de Santa Marinella
Petrus Paulus Rubens - L'Enlèvement de Proserpine
Adriaen Van Ostade - L'Analyse
Jacob Jordaens - Le Repos de Diane
 Rembrandt - Portrait de l'artiste en costume oriental
Meindert Hobbema - Les Moulins
Nicolas de Largillierre - Perdrix rouge dans une niche
Henri Mauperché - Paysage
Frans Van Mieris dit Mieris le Vieux - Le Chant interrompu
Nicolas Poussin - Le Massacre des Innocents
Abraham de Vries - Portrait d'homme

L'Enlèvement de Proserpine

Petrus Paulus
Rubens
Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640
Vers 1614-1615
Huile sur bois
H. 38 cm ; l. 67 cm

Pour complaire à Vénus, l’Amour tire une flèche dans le cœur de Pluton. Fou d’amour pour la jeune Proserpine, le dieu des Enfers l’arrache alors à sa cueillette de fleurs et l’entraîne dans les Ténèbres qu’il habite.

L’histoire de Pluton et de Proserpine est racontée dans les Métamorphoses d’Ovide et reprise par Claudien, au Ve siècle. C’est du récit de ce dernier que s’est tout particulièrement inspiré Rubens lorsqu’il reçut la commande d’un grand tableau illustrant l’enlèvement de la jeune déesse, en 1614-1615. Ce fut la première occasion pour le peintre de traiter ce thème.

L’esquisse, qui seule témoigne de ce que fut le tableau achevé, détruit lors d’un incendie en 1861, traduit toute la fougue de Pluton et la violence de l’enlèvement. Les chevaux lancés au galop, la jeune femme qui renverse son panier de fleurs dans sa chute et le corps renversé de Proserpine insistent, non sans visée moralisatrice, sur la fragilité des femmes.

Le traitement de L’Enlèvement de Proserpine procède de la touche nerveuse et rapide, caractéristique de la peinture de Rubens à son retour de Rome. Les lignes sont dynamiques et les corps en mouvement. Lorsque Philippe IV d’Espagne lui commande à nouveau ce sujet en 1636, Rubens réutilise la composition de 1614-1615, mais la retourne et resserre le cadrage sur les figures (P. P. Rubens, Le Rapt de Proserpine" Madrid, Musée du Prado), donnant ainsi l’illusion que Pluton pourrait être stoppé, alors que tout espoir est perdu dans l’esquisse du Petit Palais.

L’esquisse peinte prenait une place importante dans le processus de création du maître. Elle permettait au  commanditaire de valider ses projets de composition. Perçues comme l’expression brute de l’inspiration artistique, ces « esquisses-modèles » plurent très tôt aux collectionneurs, ce qui a permis d’en conserver quelques unes.

A. R.

 

> Pénétrez dans l'oeuvre de Rubens en consultant la vidéo réalisée à l'occasion de l'exposition Révélations - Une odyssée numérique dans la peinture, qui s'est tenue au musée du 18/09-18/10/2010.



Numéro d'inventaire: 
PDUT00954
Numéro d'inventaire : PDUT00954
Mode d'acquisition : Legs Dutuit, 1902
Salle 30. Peintures d'Histoire
Section : XVIIe siècle
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.