+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël
Raoul Larche - Buste d'enfant (portrait présumé de Marcel Lerolle)

Tricoteuse au bas rose

Paul
Sérusier
Paris, 1864 - Morlaix, 1927
1920
Huile sur toile
81 x 57 cm

Sérusier consacra 39 ans de son œuvre à la Bretagne qu’il découvrit auprès de Gauguin dès 1888, alors qu’il était encore élève de l’Académie Julian à Paris.

A partir de 1891, il résida plus complètement dans le Finistère et fit construire sa maison en 1906 dans le village de Chateauneuf-du-Faou. Ce bourg d’agriculteurs proche de Pont Aven l’avait attiré par sa faible fréquentation touristique et la douceur de son environnement vallonné. Cet isolement volontaire était rompu par de brefs séjours parisiens chaque hiver et l’été par les visites de peintres amis comme Maurice Denis, qui passait ses vacances non loin de là à Perros-Guirec.

Tricoteuse au bas rose illustre bien le travail des dernières années de Sérusier qui s’éloigne alors de la réalité bretonne pour s’inspirer des tapisseries médiévales. Le peintre âgé, marqué par l’alcoolisme, la maladie de sa femme et la mévente de ses œuvres semble trouver refuge dans une peinture plus intemporelle et plus libre des règles de composition fondée sur le nombre d’or, « rythme et instrument de la divinité », qu’il s’imposait jusqu’alors. Encore bretonne par certains aspects du vêtement, mais semblant surgir d’un lointain passé, la Tricoteuse de ce tableau ainsi que la plupart des jeunes filles occupées à des travaux d’aiguille que Sérusier représente à la fin de sa vie évoquent les Parques de l’Antiquité tissant le fil de la vie.

La technique du peintre a évolué depuis ses débuts dans le groupe des Nabis dont il fut le théoricien. Abandonnant l’usage du vernis, il conserve l’aspect mat des couleurs appliquées sur un support de grosse toile rugueuse, rappelant ainsi la texture des fresques italiennes et des décors de Puvis de Chavannes. La rondeur des contours du paysage de la Tricoteuse enveloppant la jeune fille aux traits stylisés d’un sombre camaïeu de verts, ponctué de quelques accents de rose, garde le souvenir des collines de Chateauneuf-du-Faou et la vision d’une nature bienveillante.
I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en bas à gauche : P.Serusier 20
Numéro d'inventaire: 
PPP01006
Numéro d'inventaire : PPP01006
Mode d'acquisition : Achat, 1926
Oeuvre non exposée actuellement
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.