+ ALL CITY OF PARIS MUSEUMS

Discover all 14 City of Paris museums

» Fermer
Jean-Baptiste-Camille Corot - Marietta, or Roman Odalisque
Jean-Baptiste Carpeaux - Mademoiselle Fiocre
Louis-Ferdinand  Lachassaigne - Vase - Van Dyck painting his first canvas
Charles Durand dit Carolus-Duran - Mademoiselle de Lancey
Jean-Auguste-Dominique Ingres - Francis I Receives the Last Breaths of Leonardo da Vinci
Eugène Delacroix - Combat of the Giaour and the Pasha
Jacob Mardochée known as Jacob Petit - Mameluke clock
Jean-Baptiste Carpeaux - Buste de Samuel Welles de La Valette
Gustave Courbet - Courbet au chien noir
Édouard Manet - Portrait of Théodore Duret
Louis Léopold Boilly - Portrait of Mademoiselle Athénaïs d’Albenas
Paul Gauguin - Old Man with a Stick
Jean-Baptiste Carpeaux - Ugolino
Jan  Van Beers   - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127
Gustave Courbet - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs)
Alfred de Dreux - Portrait of Mr and Mrs Mosselman and their two daughters
Jean-Désiré Ringel d'Illzach - Portrait of Jeanne et Mrs Albert Dammouse
Octave  Penguilly L’Haridon  - Côtes de Belleville
Gustave Doré - The Vale of Tears
Gustave Doré - L’Ascension
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore

Le départ du fils prodigue / Le retour du fils prodigue

James
Tissot
Nantes, 1836 – Chenecey-Buillon, 1902
1863 / 1862
Huile sur toile
H. 107 ; L. 226 cm / H. 115 ; L. 206 cm

Tissot situe la parabole du fils prodigue au Moyen-Age. En peintre historiciste, il imagine le départ du fils prodigue dans la Venise du XVe siècle et son retour en mendiant déchu dans l’Europe du Nord médiévale. Ce mélange des époques ne fera pas l’unanimité.
L’évangéliste saint Luc rapporte la parabole du Fils prodigue : après avoir réclamé sa part d’héritage à son père, un fils quitte la riche maison familiale. Il dilapide son héritage puis, frappé par la famine, il décide de revenir vers la maison paternelle. Son père le voyant de retour l’accueille avec bienveillance. C’est cet épisode du nouveau Testament que James Tissot illustre à travers deux tableaux représentant le début et la fin de la parabole.

Longuement préparés par de nombreux dessins, ces deux tableaux révèlent la forte  influence des maîtres anciens sur Tissot. Comme il l’écrivait à son amis Edgar Degas : « Je suis dans les Carpaccio et je n’en sors pas ». Et c’est bien ce peintre vénitien de la fin du XVe siècle qui fournit à Tissot son modèle pour le Départ de l’enfant prodigue. Les architectures environnantes et la composition générale sont largement empruntées au Miracle de la relique de la Vraie Croix (1494, Venise, Accademia) et au Cycle de Sainte Ursule (1500, Venise, Accademia).

Quant au Retour du fils prodigue, c’est auprès des maîtres flamands et de l’architecture nordique que Tissot prend sa source. Les riches vêtements des personnages rassemblés  dans la cour rappellent l’art de Hans Holbein (1497-1544) dans Les Ambassadeurs (1533, Londres, National Gallery). Les bâtiments que l’on distingue en arrière-plan de la composition, sont caractéristiques de l’architecture flamande de la fin du Moyen-Age, modèle largement diffusé par la mode du Néo-Gothique.

L’éclectisme assumé de ces sources iconographiques et stylistiques n’est pas toujours du goût de la critique. Dans son compte rendu du Salon, Hector de Callias suggère à Tissot de « regarder le calendrier » et s’étonne que le peintre se soit « lancé à la poursuite d’Holbein ». Paul Mantz ironise à son tour et voit dans ces œuvres l’ « Apothéose de la curiosité et [le] triomphe du bric-à-brac » (La Gazette des Beaux-Arts).

Paradoxalement Le retour de l’enfant prodigue a été mieux compris lors de son exposition à Londres. La Royal Society of British Artist exposa l’œuvre en 1864. Le public anglais apprécia le tableau pour ses résonnances avec le mouvement des Préraphaélites. Cette première exposition anglaise encouragera par la suite Tissot à resserrer ses liens avec le monde artistique britannique. C’est d’ailleurs à Londres qu’il trouvera refuge durant les évènements de la Commune.

Ces deux œuvres, exposées ensemble au Salon de 1863, furent acquises séparément par le musée du Petit Palais à sept ans d’écart. A nouveau réunies, ces toiles permettent de saisir pleinement l’effet que produisirent ces deux compositions historicisantes au Salon et de comprendre combien elles formaient les deux chapitres d’une même histoire.
HVS

Acquisition details : Achat sur les arrérages Dutuit, 1985 / Achat, 1992
Salle 29
Section : XIXe siècle
Roll your mouse over the exhibit to view detail.
Previous
1 / 48
Next